Accueil - Les animés et mangas - Une page au hasard de l'encyclopédie

C'est tout un Poème du jour

L'endroit ou écrire tout le reste !

Modérateurs: san, Curtis Newton, Admins

Message non lupar san » 23 10 2006, 0:35

Alors je vais poster un merveilleux poème qu'un "ami" m'a passé...

Son geste m'a énormément touchée et émue, donc je voulais le partager avec vous...


Voici un petit poème, pour ceux que ça intéresse.

UN AMI
Un ami est quelqu'un sur qui vous pouvez compter.
Un ami vous aime même quand vous vous êtes battu avec un seau de merde et que votre haleine laisse à penser que vous avez mangé du kitekat périmé.
Un ami vous aime, bien que vous soyez aussi laid qu'un vomi de cannibale.
Un ami nettoiera vos souillures.
Un ami restera près de vous quand vous passez des heures à gémir sur votre petite, insignifiante, médiocre existence.
Un ami vous dira qu'il vous aime alors qu'il pense que vous mériteriez d'être sod**isé par un babouin vicieux avant d'être livré à une meute de pitbulls.
Un ami nettoie les toilettes, passe l'aspirateur, laisse une note, s'en va et, souvent, ne parle pas très bien français, euh, non, ça c'est la femme de ménage.
Un ami ne vous envoie pas des chain mails sous prétexte qu'il rêve de devenir riche.
Maintenant, faites passer; sinon votre pénis tombera dans la cuvette la
prochaine fois que vous irez pisser.


Voilà, j'espère que ça vous aura plu autant qu'à moi. :lol:

Moi je suis ptdr depuis tout à l'heure :lol:
C'est pathétique, mais pathologique; je patauge quand je mets la main à la pâte
ImageImage Image
Avatar de l’utilisateur
san
 
Messages: 4158
Inscription: 20 11 2004, 14:51
Localisation: Fanélia

Message non lupar Curtis Newton » 23 10 2006, 10:18

:mrgreen:


Curtis le modéro explosé de rire :lol:
Au fin fond de l’univers, à des années et des années lumières de la Terre, veille celui que le gouvernement intersidéral appelle quand il n’est plus capable de trouver une solution à ses problèmes…

Image
Avatar de l’utilisateur
Curtis Newton
 
Messages: 5130
Inscription: 29 07 2004, 22:09
Localisation: Mégara

Message non lupar petitecereale » 23 11 2006, 23:26

Un peu de chauvinisme savoyard ...

Lamartine

Le lac

Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges
Jeter l'ancre un seul jour ?

Ô lac ! l'année à peine a fini sa carrière,
Et près des flots chéris qu'elle devait revoir,
Regarde ! je viens seul m'asseoir sur cette pierre
Où tu la vis s'asseoir !

Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes,
Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés,
Ainsi le vent jetait l'écume de tes ondes
Sur ses pieds adorés.

Un soir, t'en souvient-il ? nous voguions en silence ;
On n'entendait au loin, sur l'onde et sous les cieux,
Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence
Tes flots harmonieux.

Tout à coup des accents inconnus à la terre
Du rivage charmé frappèrent les échos ;
Le flot fut attentif, et la voix qui m'est chère
Laissa tomber ces mots :

" Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

" Assez de malheureux ici-bas vous implorent,
Coulez, coulez pour eux ;
Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent ;
Oubliez les heureux.

" Mais je demande en vain quelques moments encore,
Le temps m'échappe et fuit ;
Je dis à cette nuit : Sois plus lente ; et l'aurore
Va dissiper la nuit.

" Aimons donc, aimons donc ! de l'heure fugitive,
Hâtons-nous, jouissons !
L'homme n'a point de port, le temps n'a point de rive ;
Il coule, et nous passons ! "

Temps jaloux, se peut-il que ces moments d'ivresse,
Où l'amour à longs flots nous verse le bonheur,
S'envolent loin de nous de la même vitesse
Que les jours de malheur ?

Eh quoi ! n'en pourrons-nous fixer au moins la trace ?
Quoi ! passés pour jamais ! quoi ! tout entiers perdus !
Ce temps qui les donna, ce temps qui les efface,
Ne nous les rendra plus !

Éternité, néant, passé, sombres abîmes,
Que faites-vous des jours que vous engloutissez ?
Parlez : nous rendrez-vous ces extases sublimes
Que vous nous ravissez ?

Ô lac ! rochers muets ! grottes ! forêt obscure !
Vous, que le temps épargne ou qu'il peut rajeunir,
Gardez de cette nuit, gardez, belle nature,
Au moins le souvenir !

Qu'il soit dans ton repos, qu'il soit dans tes orages,
Beau lac, et dans l'aspect de tes riants coteaux,
Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages
Qui pendent sur tes eaux.

Qu'il soit dans le zéphyr qui frémit et qui passe,
Dans les bruits de tes bords par tes bords répétés,
Dans l'astre au front d'argent qui blanchit ta surface
De ses molles clartés.

Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,
Que les parfums légers de ton air embaumé,
Que tout ce qu'on entend, l'on voit ou l'on respire,
Tout dise : Ils ont aimé !
Membre du FTC
Avatar de l’utilisateur
petitecereale
 
Messages: 1524
Inscription: 12 06 2006, 0:44
Localisation: Centre FTC du 73

Chaîne d'amitié

Message non lupar Generika » 17 03 2007, 22:25

UNE VRAIE AMITIE C'EST QUAND...

- Un simple copain, quand il vient chez toi, agit comme un invité. Un véritable ami ouvre ton frigo et se sert !

- Un simple copain ne t'as jamais vu pleurer. Un véritable ami a les épaules trempées de tes larmes !

- Un simple copain ne connaît pas les prénoms de tes parents. Un véritable ami a leurs numéros de téléphone dans son carnet d'adresses !

- Un simple copain apporte une bouteille de vin à tes fêtes. Un véritable ami arrive tôt pour t'aider à cuisiner et reste tard pour t'aider à nettoyer !

- Un simple copain déteste quand tu appelles après qu'il soit allé se coucher. Un véritable ami te demande pourquoi tu as mis tant de temps à appeler !

- Un simple copain s'informe de ta romantique histoire d'amour. Un véritable ami pourrait te faire du chantage avec !

- Un simple copain pense que l'amitié est finie quand vous avez une dispute. Un véritable ami t'appelle après une bagarre !

- Un simple copain attend que tu sois toujours là pour lui. Un véritable ami attend d'être toujours là pour toi !

- Un simple copain lit ce message et le supprime. Un véritable ami le fait passer...

:arrow: Envois ce message a tous ceux qui compte pour toi.
Si quelqu'un vous le renvoie, c'est que tu es son ami(e) !
Si tu ne l'envoies pas a tous ceux qui compte pour toi, mais tu auras loupé une occasion de dire a quelqu'un combien tu l'aimes ! :wink:
Image
Generika
 
Messages: 255
Inscription: 09 04 2006, 15:47

Message non lupar darkvedder » 18 03 2007, 10:40

c'est en lisant ça qu'on fait le compte sur ses amis.....
merci @ toi....
@++
la vie ne vaut d'être vécue, si on doit la passer en faisant la gueule !!!!!
Image
Avatar de l’utilisateur
darkvedder
 
Messages: 271
Inscription: 14 09 2006, 10:52
Localisation: un peu perdu

Message non lupar calimero74 » 22 03 2007, 12:10

Un superbe texte je l'adore bonne lecture

LA TERRE de Raouf Ben Yaghlane

Vous est-il arrivé d'être une Terre?
moi oui!
Vs est-il arrivé d'entendre la Terre parler?
Moi oui!
Elle n'arrête pas de me poursuivre, ds mon réveil,
ds mon sommeil,sous ma douche,
qd je marche,mm qd je mange.
Elle est sur ma table,elle n'arrête pas de ma parler :
"vs me fatiguez, vs m'épuisez, vs me déchirez avec vos bombes...
Vs me poignardez avec vos missiles,
vs faites trop de bruit ;
je vs donne à boire à manger....
et certains trouvent les moyens pour laisser les autres crever de faim.
Je vs allaite dès votre naissance,
et à la fin de votre vie je vs reçois,
je vs accueille, je me fais lit pour vote repos.
Je vs sucre, je vs pastèque,je vs aubergine, je vs amande,
je vs mandarine, je vs fleure, je vs jasmine,
je vs donne mes odeurs pour vs égayer,
je vs emmène ds ma mémoire jusqu'à vos ancêtres,
je me tapisse de neige pour vs distraire, de sable pour vs plaire,
je me grotte, je me roche,
je minéralise, je cicatrise vos blessures,
je vous donne les fruits de mes entrailles,
je vous porte, je vous emporte
je vs supporte, je vs rtansporte.
Sur chacun de vs il y a mes empreintes,
mes couleurs et mes accents.
C'est par ma forme que st formés les gestes de vos mains qd vs mangez,
de vos pieds qd vs dansez.
C'est sur mmoi que tout s'appuie...
Votre équilibre vs me le devez
Vs dites bien mettre pieds à terre....c'est beau!
Imaginez-vs privés de ce dicton ;
et les gens qui st à terre qu'en feriez vous?
Ils st majoritaires, ils n'auront plus de supporters, ça sera l'enfer.
Ne vous ai -je pas ouvert mon ventre pour répondre à vos besoins?
Satisfaire vos caprices? Abriter vos corps?
Si je disparaissais, ou pourriez vous plantez vos arbres?
Si je retirais mes eaux? Que pourriez vous boire?
Si je voilais mes beautés? Que pourriez vous voir?
Si j'emportais mes céréales, mes fruits, mes forêts, mes océans,
sur quoi iraient se poser les oiseaux?
Sur quoi iraient courire les chevaux?
Ou mettriez vs vos navires? vos TGV et vos martyrs?
Comment iriez vous peindre vos gloire, vos victoires, vos guerres, vos misères, vos haines et vos amours?
Qd vs suffoquez, qui vous aère?
Qd vs vs chagrinez qui vous cajole?
Je me laisse labourer, vs me goudronner ;
je me laisse vendanger, vs me nucléariser.
Attendez vs à voir mes rivères sécher, mes montagnes s'écrouler....
Ah je vs connais, ceux que vs avez enterrés m'ont tout raconté de vous.
Vs ai-je déprimé avec mes jardins?
Vs ai-je stressé avec mes parfums?
J'étouffe. Aller vs enterrer ailleurs, votre mort n'est plus ds ma vie.
Vs voulez le ciel, allez y!
Grimper ds l'air....
Inventez vs une existence mais sans moi.
Qd je suis arbre, vs me coupez
Qd je suis céréales, vs me brûler,
Qd je suis eau, vs me polluez.
Qd je suis fertile, vs me gaspiller,
qd je suis Afrique, vs m'affamez,
qd je suis pétrole, vs me pompez, qd je suis Nord vs me modernisez,
Qd je suis Sud vs me sous développez...
Je n'en peux plus....
Qui pourra me ressourcer?
Quel autre peuple pourra m'habiter?"

Vs est-il arrivé une fois d'entendre la Terre parler?...
Moi oui
Image

agent du FTC infiltrée et Image
calimero74
 
Messages: 772
Inscription: 09 06 2006, 15:30
Localisation: sous ma coquille pardi

Message non lupar Generika » 22 03 2007, 21:26

Calimero74, le texte m'a scotchée littéralement, je viens de l'envoyer à une amie par émail :lol:
Image
Generika
 
Messages: 255
Inscription: 09 04 2006, 15:47

Message non lupar calimero74 » 28 03 2007, 9:41

Generika a écrit:Calimero74, le texte m'a scotchée littéralement, je viens de l'envoyer à une amie par émail :lol:[/qu[te]
si tout le monde le faisait......

Enfin, voilà de quoi remttre tout le monde sur les rails. Aujourd'hui, il fait beau le ciel est bleu et les oiseaux chantent....quoi? pas chez vous dommage....:lol:

"Va tranquillement parmi le vacarme et la hâte et souviens toi de la paix qui peut exister dans le silence.
Sans aliénations, vis autant que possible en bons termes avec toutes personnes. Dis doucement et clairement la vérité. Ecoute les autres mêmes les simples d'esprits et les ignorants, ils ont aussi leur histoire. Evite les individus bruyants et agressifs, ils sont une vexation pour l'esprit. Ne te compare avec personne : il y a toujours plus grands et plus petits que toi. Jouis de tes projets aussi bien que de tes accomplissements. Ne sois pas aveugle envers la vertu qui existe. Sois toi même. Surtout n'affecte pas l'amitié. Non plus ne sois pas cynique en amour, car cela est source de tout désenchantement aussi éternel que l'herbe.
Prends avec bonté le conseil des années en renonçant avec grâce à la jeunesse. Fortifie une puissance d'esprit pour te protéger en cas de malheur soudain. Mais ne te chagrine pas avec tes chimères. De nombreuses peurs naissent de la fatigue et de la solitude. Au delà d'une discipline saine, sois doux avec toi même. Tu es un enfant de l'univers pas moins que les arbres ou les étoiles. Tu as le droit d'être ici , et, qu'il te soit clair ou non, l'univers se déroule sans doute comme il devrait.
Quelques soient tes travaux et tes rêves, garde dans le désaroi de la vie, la paix de ton coeur. Avec toutes ses perfidies et ses rêves brisés, le monde est pourtant beau.
Tâche d'être heureux."

Auteur inconnu, Baltimore 1692
Image

agent du FTC infiltrée et Image
calimero74
 
Messages: 772
Inscription: 09 06 2006, 15:30
Localisation: sous ma coquille pardi

Message non lupar Arganica » 15 05 2007, 11:00

Arthur Rimbaud car mon père m'a un peu passé son admiration pour ce poète :wink:



Le Bâteau ivre



Comme je* descendais des Fleuves impassibles,
Je ne me sentis plus guidé par les haleurs :
Des Peaux-Rouges criards les avaient pris pour cibles,
Les ayant cloués nus aux poteaux de couleurs.

J'étais insoucieux de tous les équipages,
Porteur de blés flamands ou de cotons anglais.
Quand avec mes haleurs ont fini ces tapages,
Les Fleuves m'ont laissé descendre où je voulais.

Dans les clapotements furieux des marées,
Moi, l'autre hiver, plus sourd que les cerveaux d'enfants,
Je courus ! Et les Péninsules démarrées
N'ont pas subi tohu-bohus plus triomphants.

La tempête a béni mes éveils maritimes.
Plus léger qu'un bouchon j'ai dansé sur les flots
Qu'on appelle rouleurs éternels de victimes,
Dix nuits, sans regretter l'oeil niais des falots !

Plus douce qu'aux enfants la chair des pommes sûres,
L'eau verte pénétra ma coque de sapin
Et des taches de vins bleus et des vomissures
Me lava, dispersant gouvernail et grappin.

Et dès lors, je me suis baigné dans le Poème
De la Mer, infusé d'astres, et lactescent,
Dévorant les azurs verts ; où, flottaison blême
Et ravie, un noyé pensif parfois descend ;

Où, teignant tout à coup les bleuités, délires
Et rhythmes lents sous les rutilements du jour,
Plus fortes que l'alcool, plus vastes que nos lyres,
Fermentent les rousseurs amères de l'amour !

Je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes
Et les ressacs et les courants : je sais le soir,
L'Aube exaltée ainsi qu'un peuple de colombes,
Et j'ai vu quelquefois ce que l'homme a cru voir !

J'ai vu le soleil bas, taché d'horreurs mystiques,
Illuminant de longs figements violets,
Pareils à des acteurs de drames très antiques
Les flots roulant au loin leurs frissons de volets !

J'ai rêvé la nuit verte aux neiges éblouies,
Baiser montant aux yeux des mers avec lenteurs,
La circulation des sèves inouïes,
Et l'éveil jaune et bleu des phosphores chanteurs !

J'ai suivi, des mois pleins, pareille aux vacheries
Hystériques, la houle à l'assaut des récifs,
Sans songer que les pieds lumineux des Maries
Pussent forcer le mufle aux Océans poussifs !

J'ai heurté, savez-vous, d'incroyables Florides
Mêlant aux fleurs des yeux de panthères à peaux
D'hommes ! Des arcs-en-ciel tendus comme des brides
Sous l'horizon des mers, à de glauques troupeaux !

J'ai vu fermenter les marais énormes, nasses
Où pourrit dans les joncs tout un Léviathan !
Des écroulements d'eaux au milieu des bonaces,
Et les lointains vers les gouffres cataractant !

Glaciers, soleils d'argent, flots nacreux, cieux de braises !
Échouages hideux au fond des golfes bruns
Où les serpents géants dévorés des punaises
Choient, des arbres tordus, avec de noirs parfums !

J'aurais voulu montrer aux enfants ces dorades
Du flot bleu, ces poissons d'or, ces poissons chantants.
- Des écumes de fleurs ont bercé mes dérades
Et d'ineffables vents m'ont ailé par instants.

Parfois, martyr lassé des pôles et des zones,
La mer dont le sanglot faisait mon roulis doux
Montait vers moi ses fleurs d'ombre aux ventouses jaunes
Et je restais, ainsi qu'une femme à genoux...

Presque île, ballottant sur mes bords les querelles
Et les fientes d'oiseaux clabaudeurs aux yeux blonds.
Et je voguais, lorsqu'à travers mes liens frêles
Des noyés descendaient dormir, à reculons !

Or moi, bateau perdu sous les cheveux des anses,
Jeté par l'ouragan dans l'éther sans oiseau,
Moi dont les Monitors et les voiliers des Hanses
N'auraient pas repêché la carcasse ivre d'eau ;

Libre, fumant, monté de brumes violettes,
Moi qui trouais le ciel rougeoyant comme un mur
Qui porte, confiture exquise aux bons poètes,
Des lichens de soleil et des morves d'azur ;

Qui courais, taché de lunules électriques,
Planche folle, escorté des hippocampes noirs,
Quand les juillets faisaient crouler à coups de triques
Les cieux ultramarins aux ardents entonnoirs ;

Moi qui tremblais, sentant geindre à cinquante lieues
Le rut des Béhémots et les Maelstroms épais,
Fileur éternel des immobilités bleues,
Je regrette l'Europe aux anciens parapets !

J'ai vu des archipels sidéraux ! et des îles
Dont les cieux délirants sont ouverts au vogueur :
- Est-ce en ces nuits sans fonds que tu dors et t'exiles,
Million d'oiseaux d'or, ô future Vigueur ?

Mais, vrai, j'ai trop pleuré ! Les Aubes sont navrantes.
Toute lune est atroce et tout soleil amer :
L'âcre amour m'a gonflé de torpeurs enivrantes.
Ô que ma quille éclate ! Ô que j'aille à la mer !

Si je désire une eau d'Europe, c'est la flache
Noire et froide où vers le crépuscule embaumé
Un enfant accroupi plein de tristesse, lâche
Un bateau frêle comme un papillon de mai.

Je ne puis plus, baigné de vos langueurs, ô lames,
Enlever leur sillage aux porteurs de cotons,
Ni traverser l'orgueil des drapeaux et des flammes,
Ni nager sous les yeux horribles des pontons.

* c'est le bâteau qui parle

Image

Génie
(1854-1891)

poème extrait du recueil Poésies

:wink: :wink: :wink: à bientôt :wink: :wink: :wink:
Image

Image ImageImage
Avatar de l’utilisateur
Arganica
 
Messages: 780
Inscription: 10 09 2004, 19:39
Localisation: Terres de l'Imaginaire

Re: C'est tout un Poème du jour

Message non lupar Generika » 06 06 2008, 9:25

LE CHEMIN N'EST JAMAIS LONG PARMI LES AMIS

Des fois dans la vie, tu trouves un(e) ami(e) spécial(e);

Quelqu'un qui change ta vie juste en y faisant partie.
Quelqu'un qui te fait rire jusqu'à ne plus pouvoir t'arrêter ;
Quelqu'un qui te fait croire que la vraie bonté existe encore en ce monde.
Quelqu'un qui peut te convaincre qu'il y a vraiment une porte qui attend simplement que tu l'ouvres.
C'est l'amitié pour toujours.

Image

Ceci est une rose sacrée.
Tu DOIS faire suivre cette rose à au moins 8 personnes avant la prochaine heure ou tu as reçu cette rose.
Une fois que ce sera fait, fais un vœu.
Si tu l'as fait suivre, ton vœu se réalisera et l'amour sera sur ton chemin prochainement.
Sinon ta vie restera comme elle a toujours été.

Soit gentil(le) et fais la suivre....
Que chacun puisse être énormément aimé .
Mon ami(e) si je ne la reçois pas en retour je comprendrai !
Combien de personnes peuvent actuellement dire qu'elles ont 8 vrais amis ?
Presque personne que je connaisse !
Mais quelques uns d'entre nous avons de bons amis !!!
Image
Generika
 
Messages: 255
Inscription: 09 04 2006, 15:47

Précédente

Retourner vers Le Bar

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 1 invité

cron