Actions

Goldorak

Révision datée du 6 juin 2007 à 19:25 par imported>Lordgun (New page: == Synopsis == Seul rescapé durant la destruction de sa planète, Actarus, plus connu sous le nom du Prince d'Euphor s'enfuit à bord de Goldorak, une arme redoutable construite par...)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Synopsis

Seul rescapé durant la destruction de sa planète, Actarus, plus connu sous le nom du Prince d'Euphor s'enfuit à bord de Goldorak, une arme redoutable construite par son pire ennemi: Le Grand Strateguerre. Agonisant à force de lutter contre les forces de Véga, il est accueilli sur Terre et espère y trouver un peu de réconfort après la tragédie qu'il a vécu. Actarus refuse de voir la Terre finir comme Euphor, il luttera contre les multiples stratagèmes de Véga (Le Grand Stratéguerre) et ses acolytes (Minos, Minas, Hydargos et Horos)et sera épaulé par Alcor, Vénusia (qui est amoureuse de lui )et de Fénicia (sa soeur qu'il croyait morte).

Malheureusement, il repartira sur Euphor avec sa soeur Fénicia afin de reconstruire sa planète. L'esthétique emprunte beaucoup aux armures traditionnelles des samouraïs.


La série

Goldorak, passé quasi-inaperçu au Japon (troisième volet de la très populaire trilogie des Mazinger, les Japonais n'ont pas apprécié que leur héros Alcor soit relégué au rang de faire-valoir d'Actarus, dont le calme contrastait d'ailleurs avec l'impétuosité des héros de l'époque) est le dessin animé culte de toute une génération en France : lors de sa première diffusion en France le succès fut immédiat. Les multiples génériques de la série (quasiment un par diffusion) ont pour certains été disque d'or, des remontages d'épisodes furent diffusés au cinema, bref Goldorak était partout, y compris dans la polémique, certains journaux l'accusant (à tort) de racisme et allant même jusqu'à faire des montages mêlant image de Goldorak et d'Hitler...

Goldorak est d'ailleurs le seul programme en France à avoir jamais atteint les 100% d'audimat. C'est également Goldorak qui ouvrit la France aux dessins animés japonais, bien meilleur marché que les français et américains pour les diffusions dans les émissions jeunesse.